• 0 Articles - 0,00
    • Votre panier est vide.
previous arrow
next arrow
Slider

Nos nouveautés

Petits minous, gros toutous

, , , ,
Prix Jacques Prévert 2018 De par ses origines familiales, Roger-Pol se définit comme celto-ligure et éclectique dans le choix des thèmes et composition de ses poèmes. Une poésie tantôt libre, tantôt rimée, toujours musicale. Il nous livre ici un florilège de petits poèmes tendres écrits initialement pour sa fille Morgane enfant laquelle, maintenant adulte, en accepte la publication. Offrez ces éclats de bonheur, illustrés avec complicité par Dorothée Clauzel, à un jeune enfant, lisez les à un de ces tout-petits que le trou noir d’avant-dodo inquiète. Grands et adultes n’en sont pas exclus..

15,00

Plus de poésie

Je suis vivante et rayonnante : Ma petite maman

25,00

L’envol de ma fille Nathalie en 2012 a complètement modifié mes convictions sur la vie qui continue sous une autre forme, après la mort physique.«La vie est un opéra enchanteur pour qui s’ouvre à le voir et l’entendre », édité en 2015 et réédité par la suite, est un recueil de textes et de tableaux de Nath.A suivi, toujours à la demande de Nathalie, « De la Douleur à l’éveil de la spiritualité un cheminement difficile » paru en 2017 : témoignage complété par des conférences auprès de parents qui ont vu leur enfant « partir » avant eux.Or, sollicitée une nouvelle fois par Nathalie, je ressens aujourd’hui le désir de revenir vers vous avec ce nouvel ouvrage qui est une correspondance subtile entre Nath et moi, dans laquelle elle me décrit cet Au-delà que nous avons du mal à appréhender, si loin, si près.« Il faut dépasser ton témoignage de maman. Fais passer ce Message : La mort ne change pas les personnes, elle les sublime dans leur gloire rayonnante. Si tu savais à quel point cette continuité est belle, alors, tu sortirais dans la rue pour le crier aux passants ! » Paroles de Nathalie transmises par Matthieu Gordien« Ce livre ne concerne aucun dogme. C’est un voyage, c’est une découverte qui se révèlera guidée, et c’est en cela que le livre est une source pour vous, d‘enseignement, c’est une source dans la subtilité pour chacun et de ce que chacun peut en saisir. Ce livre est un portail s’ouvrant sur une découverte des mondes et des nouvelles expériences. »Paroles de Nathalie transmises par Nadine Bedasne Me voici donc relancée pour une nouvelle aventure avec vous !

Grosse équipe

15,00

À la fin des années 90, le sud de la France est le théâtre de plus de 70 vols par effraction de coffres forts, de supermarchés, de magasins divers, la plupart réalisés au tractopelle et d’environ 400 vols dans et de véhicules.

Les investigations ont été menées par une cellule d’enquête de la Gendarmerie Nationale, basée à Narbonne, que nous appellerons ici KOFIO 11.

Ce polar est tiré d’une histoire vraie. Les noms des personnages ont tous été modifiés, d’autres ont été inventés et les faits quelques peu romancés, bien que !!! … Fidèle au monde des faits divers, ce roman traite du quotidien des petites mains, propres ou sales, trop souvent oubliées.

A travers ce livre, l’auteur a souhaité que le public découvre le travail extraordinaire fait par des gens que la très haute hiérarchie policière croit ordinaires.

Une sorte de pied de nez aux idées reçues. Souvent le héros est cherché où il n’est pas ! … Dans ce métier, on ne peut être un bon flic et un héros.

Ici, tous ont choisi de n’être que flic !

Un tremplin vers l’éveil

10,00

Le monde traverse une période de réparation collective. Je souhaite que le confinement permette à chacun de s’interroger, afin que les consciences s’éveillent. Nous n’avons plus le choix. Nous ne pouvons plus repousser l’échéance, car nous sommes tous venus participer à cette fin de ce cycle.L’humanité entière est en train de s’élever, elle le fait comme nous tous, en passant par des phases très douloureuses et perturbantes, car chacun de nous est venu dépasser ses problématiques au même titre que notre chère terre-mère. Semons des graines et diffusons notre amour, afin qu’éclose le jardin d’Éden.

L’Or et le Fer

15,00

— Ferronnier ! Ouvre ta maudite grille !Dorian de Grare ne se doutait pas de l’importance de ses paroles lorsque, le 1er thermidor de l’an II, il quitte son château du Pré pour Paris dans le but de sauver son cousin Enguerrand de l’échafaud.Nous sommes en 1794, au cœur de la Révolution française. La Terreur est à son apogée et, après l’exécution de Danton, Robespierre règne en maître sur le Comité de Salut Public.Aël de Kergoët, jeune ferronnier, se voit proposer un travail exceptionnel en cette époque : la conception et la réalisation d’un portail en fer forgé d’une splendeur inégalée qui devra durer éternellement et marquer la puissance et la richesse du propriétaire du château du Pré, « château blanc flottant sur un lac ». Le jeune homme y fera une rencontre qui bouleversera sa vie : Dorian de Grare. Libertin et débauché, Dorian fréquente les maisons closes parisiennes et sa beauté n’a d’égale que sa cruauté. Fils d’un aristocrate décédé avant la Révolution, Dorian n’a jamais accepté le remariage de sa mère avec le républicain Jean Beaujouan, à qui il doit cependant d’avoir pu conserver ses terres et son château. Un jour cependant, son chemin croise celui d’Alwena, jeune fille pauvre qui fuit la misère de sa Bretagne natale et la guerre entre chouans et armée Républicaine.Jour après jour, tandis que la splendide grille s’élève dans des conditions tragiques et inexplicables, à une époque troublée, Aël et Dorian, aux origines pourtant si discordantes, parviendront à construire une amitié indestructible comme l’Or et le Fer.

Le défi de Victor

10,00

Victor a 10 ans. C’est un enfant fragile, sensible, mal dans sa peau, qui subit le harcèlement scolaire depuis son entrée à l’école. Sa souffrance morale est telle que son corps crie à l’aide chaque matin lorsqu’il doit se lever : maux de ventre, nausées, tremblements, angoisses, idées noires…. Comment expliquer à sa mère l’incompréhensible ? Comment dire l’indicible ? Comment continuer à avancer et se construire ?L’arrivée de Bao, une nouvelle élève venue tout droit de Chine, va bouleverser sa vie. Parviendra-t-elle à lui redonner confiance, à l’aider à faire face aux harceleurs ?

Papa tais-toi

10,00

Il vient de mourir. Enfin. Je ne pensais pas qu’il irait jusqu’à cet âge. Durant neuf décennies et demie, il a mangé, bu et fumé sans modération. Toute une vie d‘abus. Il a passé quatre-vingt-seize ans sur cette terre, et l’autre nuit il est parti, étouffé, incapable de respirer une fois de plus.Le monde sans lui n’est plus le même monde. La tonitruance s’est tue.J’ai de la peine en pensant au papa de mon enfance.Ces deux derniers mois, j’ai attendu sa fin comme une promesse de libération. Ce n’est pas le cas. Sa disparition ne change rien en moi. Je reste la même ou presque, sans doute un peu plus légère, plus sereine, comme si sa mort le punissait et que cette punition me rendait justice.Il est resté sept ans en maison de retraite avant de s’éteindre. Je ne suis pas allée le voir une seule fois. Je n’irai pas à ses obsèques. Chacun en pensera ce qu’il voudra, moi seule ai vécu ma vie.

Destins interdits

15,00

Julian a seize ans. Jeune délinquant et ancien toxicomane, il habite un vieux mobil-home vétuste avec sa mère et sa petite soeur. Très vite déscolarisé, il gagne cependant beaucoup d’argent en faisant des combats de boxe, la nuit dans les sous-sols des immeubles des cités. Julian n’a qu’une passion : le muy thai, ou boxe thaïlandaise, où il excelle, mais il n’a pas de rêves, pas de projets, pas d’avenir. 

Kentin a seize ans. Adolescent brillant, dont la beauté n’a d’égale que l’intelligence, il est le fils unique d’Alexandre Dumont de Givry, dix-neuvième comte de Givry, et habite le château de ses illustres ancêtres. Kentin a un rêve secret : devenir créateur de parfums, ce qui n’est pas du goût de son père. Julian et Kentin vivent à quelques centaines de mètres l’un de l’autre, mais ils ignorent totalement leurs existences. 

Une relation ambigüe qui commence par un viol, et un pardon qui mènera le jeune Julian aux portes de l’enfer. Deux existences qui n’auraient jamais dû se croiser ; deux mondes qui n’auraient jamais dû se rencontrer ; une passion qui n’aurait jamais dû voir le jour ; deux destins qui n’auraient jamais dû s’unir : deux destins interdits.

La Fontaine aux malades

15,00

C’est un roman historique tout à fait immersif au cœur d’un siècle troublé par la maladie et en proie aux bouleversements des religions. Sur les traces de l’Histoire, nous découvrons des personnages bien typés, justes et droits qui promènent un regard singulier sur le monde en quarantaine qui les entoure. La forme du journal du notaire permet une grande précision tout autant qu’une plongée bienvenue pour comprendre les mœurs, les pensées et les traditions de l’époque. Richement documenté, le récit emprunte au genre du document historique et ravira les passionnés et les curieux pour un moment de lecture où Histoire et histoires ne font plus qu’un, où imaginaire et réalité se rejoignent. Comment se comporterai une communauté qui de nos jours, serait acculée, face à un fléau semblable, à une si longue gestion en vase clos ?

En juillet 1631 dans un petit village des Alpes sous la tutelle des princes d’Orange, une épidémie de peste se déclare. Une quarantaine est mise en place. Le notaire du lieu décide de rédiger un mémoire des événements pour cette période d’isolement qui va durer six mois. Avec une majorité protestante, une certaine rigueur permet d’affronter au mieux une série de problèmes qui vont s’additionner : le ravitaillement, la perte du moulin, le décès de responsables, l’arrivée tardive de médicaments, l’accumulation des dettes, les défections, le chauffage, la distribution d’eau. Par souci d’une chronique éclectique, le notaire fait la part belle aux faits divers et aux préparations culinaires et médicinales locales…. Fin janvier 1632, à la levée de la quarantaine, il ne reste que 460 des 600 habitants. Que vont-ils devenirs face à la misère de beaucoup ?

Leur sens profond de la vie en communauté va faciliter la lente reprise du cours normal de la vie. Cependant, des années durant, il va falloir honorer les dettes contractées pendant cette période. »