Affichage de 1–16 sur 74 résultats

Trier par :
  • Un tremplin vers l’éveil de : Valérie Ferrandin 10,00

    Le monde traverse une période de réparation collective. Je souhaite que le confinement permette à chacun de s’interroger, afin que les consciences s’éveillent. Nous n’avons plus le choix. Nous ne pouvons plus repousser l’échéance, car nous sommes tous venus participer à cette fin de ce cycle.L’humanité entière est en train de s’élever, elle le fait comme nous tous, en passant par des phases très douloureuses et perturbantes, car chacun de nous est venu dépasser ses problématiques au même titre que notre chère terre-mère. Semons des graines et diffusons notre amour, afin qu’éclose le jardin d’Éden.

  • Découvrir la médiumnité : Ce qu’elle est, ce qu’elle n’est pas, ce qu’elle nous révèle de : Stéphane Toma 10,00

    “A l’heure actuelle, beaucoup de consciences s’éveillent à des systèmes de pensées différents et aspirent à un éveil spirituel d’autant plus effectif qu’il est nécessaire. L’homme tend vers une sagesse dont il (re)découvre les bienfaits, maintes fois véhiculés par tant de mouvements, idéologies, philosophies et de textes. La lumière semble percer le voile ombragé comme jamais. Les perceptions de bon nombre d’entre nous s’étendent, notre taux vibratoire augmente, notre volonté de mieux (mieux être, mieux vivre, mieux aimer, mieux donner, etc.) devient le crédo phare d’une société nous démontrant ses fractures, ses incohérences et les limites d’un matérialisme forcené. La Providence, elle, multiplie les outils, les signes, les courants porteurs de ce renouveau spirituel. La médiumnité est un des ces outils.”

    La presse en parle :

    Stéphane Toma - Var Matin 05/04/19

    Var Matin du 05/04/19

  • Les Sanaryennes: Poèmes et fragments de vie de : Roger-Pol Cottereau 10,00

    Une poésie exprimée en une douzaine de recueils marquée par ses premières sensations du monde méditerranéen, les berceuses de sa grand-mère et les chansons de sa mère. Une poésie enrichie par ses voyages et son engagement social et sociétal (syndicalisme, presse sociale et de loisirs, etc.). Mer, vent, soleil, jeux de l’été, nostalgie de l’arrière-saison sur la plage et les collines sont les couleurs et les parfums par lesquels il créé et dialogue, sens toujours à l’affût. Une poésie tantôt libre, tantôt rimée, structures originales et classiques, thèmes intimes, sujets picturaux et éclats du quotidien. Une poésie qui ne s’interdit pas de chanter, par un érotisme stylé, la brûlante sensualité des liaisons amoureuses. Nous avons là un poète du temps présent, un « poète civil » selon l’expression de Moravia sur Pasolini, un poète militant la Lyre à la main. “Les Sanaryennes” est l’un des premiers recueils de poèmes de Roger-Pol COTTEREAU. Paru en 1960 aux éditions de « la Revue Moderne», l’édition originale ne comportait que huit poèmes, de même facture, annonçant déjà une maÎtrise du rythme et de la mélodie des vers. Promesse tenue puisque Roger-Pol COTTEREAU nous offre une troisième édition revue et complétée de ses Sanaryennes. Un fruit de saison mûri à la lumière des sens et de l’eau vive des sentiments.

    La presse en parle :

    previous arrow
    next arrow
    previous arrownext arrow
    Slider

    Quelques critiques :

    previous arrow
    next arrow
    previous arrownext arrow
    Slider