• 0 Articles - 0,00
    • Votre panier est vide.

La Fontaine aux malades

15,00

C’est un roman historique tout à fait immersif au cœur d’un siècle troublé par la maladie et en proie aux bouleversements des religions. Sur les traces de l’Histoire, nous découvrons des personnages bien typés, justes et droits qui promènent un regard singulier sur le monde en quarantaine qui les entoure. La forme du journal du notaire permet une grande précision tout autant qu’une plongée bienvenue pour comprendre les mœurs, les pensées et les traditions de l’époque. Richement documenté, le récit emprunte au genre du document historique et ravira les passionnés et les curieux pour un moment de lecture où Histoire et histoires ne font plus qu’un, où imaginaire et réalité se rejoignent. Comment se comporterai une communauté qui de nos jours, serait acculée, face à un fléau semblable, à une si longue gestion en vase clos ?

En juillet 1631 dans un petit village des Alpes sous la tutelle des princes d’Orange, une épidémie de peste se déclare. Une quarantaine est mise en place. Le notaire du lieu décide de rédiger un mémoire des événements pour cette période d’isolement qui va durer six mois. Avec une majorité protestante, une certaine rigueur permet d’affronter au mieux une série de problèmes qui vont s’additionner : le ravitaillement, la perte du moulin, le décès de responsables, l’arrivée tardive de médicaments, l’accumulation des dettes, les défections, le chauffage, la distribution d’eau. Par souci d’une chronique éclectique, le notaire fait la part belle aux faits divers et aux préparations culinaires et médicinales locales…. Fin janvier 1632, à la levée de la quarantaine, il ne reste que 460 des 600 habitants. Que vont-ils devenirs face à la misère de beaucoup ?

Leur sens profond de la vie en communauté va faciliter la lente reprise du cours normal de la vie. Cependant, des années durant, il va falloir honorer les dettes contractées pendant cette période. »

Je suis vivante et rayonnante : Ma petite maman

25,00

L’envol de ma fille Nathalie en 2012 a complètement modifié mes convictions sur la vie qui continue sous une autre forme, après la mort physique.«La vie est un opéra enchanteur pour qui s’ouvre à le voir et l’entendre », édité en 2015 et réédité par la suite, est un recueil de textes et de tableaux de Nath.A suivi, toujours à la demande de Nathalie, « De la Douleur à l’éveil de la spiritualité un cheminement difficile » paru en 2017 : témoignage complété par des conférences auprès de parents qui ont vu leur enfant « partir » avant eux.Or, sollicitée une nouvelle fois par Nathalie, je ressens aujourd’hui le désir de revenir vers vous avec ce nouvel ouvrage qui est une correspondance subtile entre Nath et moi, dans laquelle elle me décrit cet Au-delà que nous avons du mal à appréhender, si loin, si près.« Il faut dépasser ton témoignage de maman. Fais passer ce Message : La mort ne change pas les personnes, elle les sublime dans leur gloire rayonnante. Si tu savais à quel point cette continuité est belle, alors, tu sortirais dans la rue pour le crier aux passants ! » Paroles de Nathalie transmises par Matthieu Gordien« Ce livre ne concerne aucun dogme. C’est un voyage, c’est une découverte qui se révèlera guidée, et c’est en cela que le livre est une source pour vous, d‘enseignement, c’est une source dans la subtilité pour chacun et de ce que chacun peut en saisir. Ce livre est un portail s’ouvrant sur une découverte des mondes et des nouvelles expériences. »Paroles de Nathalie transmises par Nadine Bedasne Me voici donc relancée pour une nouvelle aventure avec vous !

Grosse équipe

15,00

À la fin des années 90, le sud de la France est le théâtre de plus de 70 vols par effraction de coffres forts, de supermarchés, de magasins divers, la plupart réalisés au tractopelle et d’environ 400 vols dans et de véhicules.

Les investigations ont été menées par une cellule d’enquête de la Gendarmerie Nationale, basée à Narbonne, que nous appellerons ici KOFIO 11.

Ce polar est tiré d’une histoire vraie. Les noms des personnages ont tous été modifiés, d’autres ont été inventés et les faits quelques peu romancés, bien que !!! … Fidèle au monde des faits divers, ce roman traite du quotidien des petites mains, propres ou sales, trop souvent oubliées.

A travers ce livre, l’auteur a souhaité que le public découvre le travail extraordinaire fait par des gens que la très haute hiérarchie policière croit ordinaires.

Une sorte de pied de nez aux idées reçues. Souvent le héros est cherché où il n’est pas ! … Dans ce métier, on ne peut être un bon flic et un héros.

Ici, tous ont choisi de n’être que flic !

Un tremplin vers l’éveil

10,00

Le monde traverse une période de réparation collective. Je souhaite que le confinement permette à chacun de s’interroger, afin que les consciences s’éveillent. Nous n’avons plus le choix. Nous ne pouvons plus repousser l’échéance, car nous sommes tous venus participer à cette fin de ce cycle.L’humanité entière est en train de s’élever, elle le fait comme nous tous, en passant par des phases très douloureuses et perturbantes, car chacun de nous est venu dépasser ses problématiques au même titre que notre chère terre-mère. Semons des graines et diffusons notre amour, afin qu’éclose le jardin d’Éden.

Le fantôme du campanile et autres histoires courtes plus terre à terre

10,00

Ce recueil est né de divers concours de nouvelles : dix-huit textes dont la plupart ont été primés ou sélectionnés.

A travers des scènes de vie tour à tour attendrissantes, bucoliques ou intrigantes, Loys et Martine vous emportent dans un entre-deux, entre réel et imaginaire, dans un tourbillon d’humour et d’amour, de passions et de fictions.

Embarquez pour Venise endormie ou pour les îles du Cap Vert…

Découvrez sous un autre jour la Provence, les Pyrénées, ou le Mercantour…

Au fil des pages, vous croiserez des animaux qui parlent, un vieux chien amoureux de son maître, un montagnard fasciné par une louve.

Vous reconnaîtrez peut-être un écrivain célèbre ou une esquisse de Degas…

On se sent bien dans ces histoires ciselées dont le charme s’étire sur trois pages, ou quatre. Pas plus. Et ça suffit : juste des instants de grâce, des moments intenses…

L’Or et le Fer

15,00

— Ferronnier ! Ouvre ta maudite grille !Dorian de Grare ne se doutait pas de l’importance de ses paroles lorsque, le 1er thermidor de l’an II, il quitte son château du Pré pour Paris dans le but de sauver son cousin Enguerrand de l’échafaud.Nous sommes en 1794, au cœur de la Révolution française. La Terreur est à son apogée et, après l’exécution de Danton, Robespierre règne en maître sur le Comité de Salut Public.Aël de Kergoët, jeune ferronnier, se voit proposer un travail exceptionnel en cette époque : la conception et la réalisation d’un portail en fer forgé d’une splendeur inégalée qui devra durer éternellement et marquer la puissance et la richesse du propriétaire du château du Pré, « château blanc flottant sur un lac ». Le jeune homme y fera une rencontre qui bouleversera sa vie : Dorian de Grare. Libertin et débauché, Dorian fréquente les maisons closes parisiennes et sa beauté n’a d’égale que sa cruauté. Fils d’un aristocrate décédé avant la Révolution, Dorian n’a jamais accepté le remariage de sa mère avec le républicain Jean Beaujouan, à qui il doit cependant d’avoir pu conserver ses terres et son château. Un jour cependant, son chemin croise celui d’Alwena, jeune fille pauvre qui fuit la misère de sa Bretagne natale et la guerre entre chouans et armée Républicaine.Jour après jour, tandis que la splendide grille s’élève dans des conditions tragiques et inexplicables, à une époque troublée, Aël et Dorian, aux origines pourtant si discordantes, parviendront à construire une amitié indestructible comme l’Or et le Fer.

Braises ardentes

15,00

Livre érotique réservé à un public adulte averti. 

Auteur de plusieurs recueils consacrés à ses impressions de jeunesse, du monde méditerranéen, des voyages et aussi de poèmes pour l’enfance, le poète chante ici les beautés érotiques des amours libres.

Des vers tantôt chargés de tendresse, de délicatesse, tantôt portés par une sensualité extrême, toujours empreints de la passion d’être. Une poésie du temps présent que le futur ne rouillera pas.

Le défi de Victor

10,00

Victor a 10 ans. C’est un enfant fragile, sensible, mal dans sa peau, qui subit le harcèlement scolaire depuis son entrée à l’école. Sa souffrance morale est telle que son corps crie à l’aide chaque matin lorsqu’il doit se lever : maux de ventre, nausées, tremblements, angoisses, idées noires…. Comment expliquer à sa mère l’incompréhensible ? Comment dire l’indicible ? Comment continuer à avancer et se construire ?L’arrivée de Bao, une nouvelle élève venue tout droit de Chine, va bouleverser sa vie. Parviendra-t-elle à lui redonner confiance, à l’aider à faire face aux harceleurs ?

Papa tais-toi

10,00

Il vient de mourir. Enfin. Je ne pensais pas qu’il irait jusqu’à cet âge. Durant neuf décennies et demie, il a mangé, bu et fumé sans modération. Toute une vie d‘abus. Il a passé quatre-vingt-seize ans sur cette terre, et l’autre nuit il est parti, étouffé, incapable de respirer une fois de plus.Le monde sans lui n’est plus le même monde. La tonitruance s’est tue.J’ai de la peine en pensant au papa de mon enfance.Ces deux derniers mois, j’ai attendu sa fin comme une promesse de libération. Ce n’est pas le cas. Sa disparition ne change rien en moi. Je reste la même ou presque, sans doute un peu plus légère, plus sereine, comme si sa mort le punissait et que cette punition me rendait justice.Il est resté sept ans en maison de retraite avant de s’éteindre. Je ne suis pas allée le voir une seule fois. Je n’irai pas à ses obsèques. Chacun en pensera ce qu’il voudra, moi seule ai vécu ma vie.

Les Sanaryennes: Poèmes et fragments de vie

10,00

Une poésie exprimée en une douzaine de recueils marquée par ses premières sensations du monde méditerranéen, les berceuses de sa grand-mère et les chansons de sa mère. Une poésie enrichie par ses voyages et son engagement social et sociétal (syndicalisme, presse sociale et de loisirs, etc.). Mer, vent, soleil, jeux de l’été, nostalgie de l’arrière-saison sur la plage et les collines sont les couleurs et les parfums par lesquels il créé et dialogue, sens toujours à l’affût. Une poésie tantôt libre, tantôt rimée, structures originales et classiques, thèmes intimes, sujets picturaux et éclats du quotidien. Une poésie qui ne s’interdit pas de chanter, par un érotisme stylé, la brûlante sensualité des liaisons amoureuses. Nous avons là un poète du temps présent, un « poète civil » selon l’expression de Moravia sur Pasolini, un poète militant la Lyre à la main. « Les Sanaryennes » est l’un des premiers recueils de poèmes de Roger-Pol COTTEREAU. Paru en 1960 aux éditions de « la Revue Moderne», l’édition originale ne comportait que huit poèmes, de même facture, annonçant déjà une maÎtrise du rythme et de la mélodie des vers. Promesse tenue puisque Roger-Pol COTTEREAU nous offre une troisième édition revue et complétée de ses Sanaryennes. Un fruit de saison mûri à la lumière des sens et de l’eau vive des sentiments.

Destins interdits

15,00

Julian a seize ans. Jeune délinquant et ancien toxicomane, il habite un vieux mobil-home vétuste avec sa mère et sa petite soeur. Très vite déscolarisé, il gagne cependant beaucoup d’argent en faisant des combats de boxe, la nuit dans les sous-sols des immeubles des cités. Julian n’a qu’une passion : le muy thai, ou boxe thaïlandaise, où il excelle, mais il n’a pas de rêves, pas de projets, pas d’avenir. 

Kentin a seize ans. Adolescent brillant, dont la beauté n’a d’égale que l’intelligence, il est le fils unique d’Alexandre Dumont de Givry, dix-neuvième comte de Givry, et habite le château de ses illustres ancêtres. Kentin a un rêve secret : devenir créateur de parfums, ce qui n’est pas du goût de son père. Julian et Kentin vivent à quelques centaines de mètres l’un de l’autre, mais ils ignorent totalement leurs existences. 

Une relation ambigüe qui commence par un viol, et un pardon qui mènera le jeune Julian aux portes de l’enfer. Deux existences qui n’auraient jamais dû se croiser ; deux mondes qui n’auraient jamais dû se rencontrer ; une passion qui n’aurait jamais dû voir le jour ; deux destins qui n’auraient jamais dû s’unir : deux destins interdits.

Le passage vers la porte étoilée

15,00

Le mal-être et les maux m’ont doucement amené à pousser les portes de ma conscience et celles de mon chemin spirituel. De libération en libération, je me suis réappropriée mes connaissances ancestrales et divines qui aujourd’hui teintent ma vie de guérisseuse de l’âme, mais aussi de passeuse d’âmes, de chamane et de tout ce que je ne sais pas encore. Père et fille, unis à jamais par le cœur et dorénavant par l’écriture médiumnique, chacun de nous aujourd’hui a ouvert les portes de la lumière céleste afin d’œuvrer ensemble pour le bien de l’humanité et la création d’un nouveau monde où seulement l’Amour sera présent.

Petits minous, gros toutous

15,00

Prix Jacques Prévert 2018

De par ses origines familiales, Roger-Pol se définit comme celto-ligure et éclectique dans le choix des thèmes et composition de ses poèmes. Une poésie tantôt libre, tantôt rimée, toujours musicale. Il nous livre ici un florilège de petits poèmes tendres écrits initialement pour sa fille Morgane enfant laquelle, maintenant adulte, en accepte la publication. Offrez ces éclats de bonheur, illustrés avec complicité par Dorothée Clauzel, à un jeune enfant, lisez les à un de ces tout-petits que le trou noir d’avant-dodo inquiète. Grands et adultes n’en sont pas exclus..

Le médium guérisseur : Comprendre et pratiquer les soins énergétiques

10,00

Magnétisme curatif ou guérison spirituelle, il existe autant de croyances et de façons de pratiquer qu’il y a de praticiens. Peu importe la procédure ou les gestes, toutes les approches véhiculent la même idée, la même énergie et le même Amour. Cet Amour du bien qui n’a de cesse de se démontrer de lui-même et gagne, petit à petit, sur l’incrédulité générale. Ce qui ne fait que le bien ne peut être l’œuvre du mauvais…

Toutes rejoignent les croyances établies depuis fort longtemps comme le montre, par exemple, un papyrus égyptien datant d’Aménophis 1 (16ème siècle avant Jésus-Christ) sur lequel est inscrite cette phrase caractéristique : « Pose la main sur la douleur et dis que la douleur s’en aille ». Ce geste familier, instinctif, car nous portons automatiquement la main à l’endroit où se fait ressentir une douleur, a perdu aujourd’hui de sa simplicité et de son essence. C’est pourtant ainsi que mon premier soin s’est déroulé, soudainement, sans préconnaissance aucune, en posant ma main et souhaitant par Amour que la douleur s’en aille…

S’ouvrit pour moi ce jour-là, un long chemin de recherche, d’étude et de travail personnel. C’est ainsi que je suis devenu ce que je suis, un guérisseur des âmes et du corps, vous invitant ici à découvrir ces merveilles.

Visualiser pour mieux accompagner

15,00

Penseuse visuelle, voilà comment je me définirai.  J’utilise depuis des années les cartes mentales pour prendre mes notes ou clarifier mes idées. Alors que j’étais en formation pour devenir coach consultante professionnelle, j’ai eu la chance d’avoir une promotion qui a été très réceptive à mes prises de notes et qui m’en a fait part. L’idée a très vite émergée que je devais me servir de cette faculté pour accompagner mes clients. Oui, mais comment ? 

Au hasard de mes premiers coachings, j’ai dessiné naturellement ce que les personnes me disaient. Et par chance, leur retour a été très positif. Cela m’a beaucoup interpelée. La visualisation par le dessin de leurs dires et ressentis avait un impact sur eux. Tous me parlaient de résonance face à l’organisation arborescente de leurs idées, favorisant ainsi la prise de conscience. Alors, il ne manquait plus qu’un peu de sagacité pour oser imaginer ce livre que vous tenez entre les mains. 

Hasard, chance et sagacité, voici tous les ingrédients de la sérendipité réunis pour mettre en exergue le concept qui se cache derrière : « Quand on ne cherche pas, on trouve ». Je ne cherchais pas et j’ai trouvé une belle problématique : « Est-ce que les outils de la pensée visuelle peuvent devenir outils au service du coaching ou de tout accompagnement ? » 

Pour vous faire vivre l’expérience de la pensée visuelle, tout au long de ce livre, des cartes mentales et des sketchnotings résumeront à leur manière les propos tenus. Ainsi, vous pourrez mesurer l’impact de ces visualisations sur vous-même.

Bienvenue dans le monde de la pensée visuelle !

Découvrir la médiumnité : Ce qu’elle est, ce qu’elle n’est pas, ce qu’elle nous révèle

10,00

“A l’heure actuelle, beaucoup de consciences s’éveillent à des systèmes de pensées différents et aspirent à un éveil spirituel d’autant plus effectif qu’il est nécessaire. L’homme tend vers une sagesse dont il (re)découvre les bienfaits, maintes fois véhiculés par tant de mouvements, idéologies, philosophies et de textes. La lumière semble percer le voile ombragé comme jamais. Les perceptions de bon nombre d’entre nous s’étendent, notre taux vibratoire augmente, notre volonté de mieux (mieux être, mieux vivre, mieux aimer, mieux donner, etc.) devient le crédo phare d’une société nous démontrant ses fractures, ses incohérences et les limites d’un matérialisme forcené. La Providence, elle, multiplie les outils, les signes, les courants porteurs de ce renouveau spirituel. La médiumnité est un des ces outils.”

De la Douleur à l’Eveil de la Spiritualité, un cheminement difficile: Une maman témoigne

19,50

Ce recueil est le véritable témoignage d’une maman qui a éprouvé la pire des douleurs qui soit : la perte de sa fille Nathalie le 18 février 2012, et du long cheminement plein d’embûches qui l’a amenée petit à petit vers l’éveil à la spiritualité… Grâce à un témoignage de communication avec la défunte, il présente : Une grande richesse en signes matériels avec actions sur la lumière, sur les appareils électriques et sur la matière (gravure sur la toile d’un tableau et sur un mur.) Des communications en TCI. Le récit de la vision de sa fille par sa maman éveillée, en plus de rêves très signifiants. Des messages transmis par différents médiums aux perceptions très différentes (parfois clairvoyance et clairaudience, mais aussi écriture intuitive en relation avec les Guides des défunts) qui sont toujours probants, qui font concorder les événements et corroborent des faits qui ne sont pas censés être connus d’un monde à l’autre… Un enseignement spirituel notable pour la maman de Nathalie et toute sa famille. Ce livre, qui n’est pas seulement un livre de Messages et de Signes, ne se veut pas triste, même s’il part de la plus grande souffrance au monde. Il se veut au contraire plein d’espoir puisqu’il parle de la Vie après la mort et de la présence permanente auprès de nous de nos « aimés disparus ». Mon souhait le plus cher est que ce témoignage crée un effet d’entraînement permettant aux personnes qui le souhaitent de s’insérer dans ce sillon et de trouver eux aussi dans leur cœur la flamme de l’espoir dans la Vie après la mort physique : si j’ai changé, moi, la maman de Nathalie, pourquoi, après une période de désespérance, ne seraient-elles pas capables de changer elles aussi ?

Isadora

10,00

Des robots, derniers espoirs des hommes qui n’ont pas su préserver leur planète. Des extraterrestres farceurs mais aussi anges gardiens des êtres humains. Des mondes parallèles. Un ermite de la forêt de Brocéliande qui entre en contact avec des esprits éclairés passés, présents et futurs pour rendre les hommes meilleurs. Une scientifique qui rêve d’inventer la Machine qui recyclerait tous les déchets. Des hommes et des femmes qui disparaissent mystérieusement un vendredi 13….

Dans ces nouvelles de science-fiction, l’auteur invite ses jeunes lecteurs à réfléchir au devenir de leur planète et à prendre conscience des enjeux écologiques pour construire le monde de demain.

La Vie est un Opéra enchanteur pour qui s’ouvre à le voir et l’entendre

25,00

Le titre de l’ouvrage et le tableau sont de Nathalie. Dès l’âge de 17 ans, Nathalie Cuomo-Cambon qui a toujours eu soif d’absolu, a écrit des poèmes, réalisé des peintures… et toutes ses créations étaient pour elle l’expression de sentiments personnels et profonds :
«L’œuvre n’est pas quelque chose d’artificiel et froid, c’est une part intime, très intime de l’artiste… J’ai voulu exprimer par l’art ce que mon ego rendait moins accessible» disait-elle.
Son rêve : écrire des contes illustrés, faire éditer ses écrits et exposer ses peintures pour partager. Hélas, ce projet qui lui tenait tant à cœur, Nathalie n’a pu elle-même le concrétiser… la vie en a décidé autrement.
Elle m’a dit un jour : «C’est un matériau brut que je t’ai laissé et je fais de toi ma légataire… Je te passe le relais, maman! L’œuvre survit au créateur et continue à croître par l’élan poursuivi par son légataire».
La modeste légataire de son héritage constitué de textes, d’aquarelles, de tableaux et de croquis, c’est moi, sa mère et, aujourd’hui, je compte sur son aide pour être à la hauteur de cette lourde responsabilité et contribuer à donner «un élan» à ses créations.
Puis-je me permettre de dire au lecteur :
«Écoute et regarde par-delà les mots et les images».

Cette nouvelle édition m’a été «demandée» afin d’y insérer des dessins réalisés par ses filles, Juliette et Margaux, ainsi que certains documents, textes et croquis de Nathalie, découverts après la première édition.
On y trouvera aussi deux pastels de Nicole Noto, sa tante, marraine, amie, confidente… représentant Nathalie «transfigurée»

Au secours de l’emploi : 35 ans au service de l’ANPE

15,00

Le livre s’ouvre sur l’entretien que l’auteur aeu avec un conseiller de l’ANPE en 1976, alors qu’elle était au chômage : « Je n’ai rien pour vous, aucun travail, vous ne trouverez rien ici. » Trente cinq ans après, Francine Chenet est toujours à l’ANPE, mais de l’autre côté de la barrière, en tant que directrice d’agence. Pendant toutes ces années, elle a été confrontée aux critiques envers cet établissement : Sa lourdeur administrative, le peu de soutien aux demandeurs d’emploi, le manque d’écoute aux besoins des entreprises, les doutes sur la fiabilité des statistiques etc. Elle a voulu, tout au long de ces pages répondre à ces critiques, parfois justifiées, toujours exagérées, souvent erronées. Elle retrace tout son parcours, depuis son embauche en tant que prospecteur- placier jusqu’à aujourd’hui, d’agence en agence, au fil des différents postes qui lui ont été confiés. Plus qu’un livre technique, c’est le regard intérieur porté sur l’ANPE, devenu aujourd’hui Pôle-Emploi, ses équipes, ses missions, ses organisations successives selon la politique de l’emploi du moment. Elle a fait une large place au métier de conseil, principale fonction de l’ANPE envers les demandeurs d’emploi. Le livre est riche d’anecdotes, amusantes ou émouvantes, reflets de la dimension humaine qui constitue, au-delà de la froideur des chiffres, le quotidien des 50 000 agents de l’établissement. Il parle aussi et surtout aux demandeurs d’emploi, en leur expliquant comment utiliser au mieux les services qui leur sont offerts, pour mener à bien leur projet de reclassement.

Éléonore, duchesse d’Artois

10,00

« Éléonore, duchesse d’Artois » est le second tome d’une trilogie qui nous entraîne à la Cour de Bourgogne au XVème siècle et nous invite à revisiter cette fin du Moyen Age où se côtoient enlumineurs, chevaliers et gentes dames.
Une semaine après leur mariage, Eléonore et Arnaud prirent le chemin de l’Artois où ils allaient vivre désormais. Eléonore n’avait pas quitté sans tristesse le palais ducal où elle laissait des êtres chers, en particulier Madame de Créquy qui la considérait comme sa confidente et son amie. Mais elle allait devoir apprendre son nouveau métier de châtelaine et seconder son époux.
Destins croisés de deux couples : Mathieu et Marie, Eléonore et Arnaud. Amitiés indéfectibles et amour, passion des belles choses, tournois et sièges, rivalités entre chevaliers… Deux univers s’entremêlent pour le plus grand plaisir du lecteur entraîné dans les aventures trépidantes de héros attachants et hauts en couleur.

Mathieu l’enlumineur

10,00

« Mathieu l’enlumineur » est le premier tome d’une trilogie qui nous entraîne à la Cour de Bourgogne au XVème siècle et nous invite à revisiter cette fin du Moyen Age où se côtoient enlumineurs, chevaliers et gentes dames. Oyez, bonnes gens, l’histoire de Mathieu, jeune apprenti enlumineur. En même temps qu’il s’initie à l’art de l’enluminure avec deux célèbres maîtres, Jean Tavernier et Jean Fouquet, il découvre les intrigues de la cour bourguignonne. Destins croisés de deux couples : Mathieu et Marie, Eléonore et Arnaud. Amitiés indéfectibles et amour, passion des belles choses, tournois et sièges, rivalités entre chevaliers… Deux univers s’entremêlent pour le plus grand plaisir du lecteur entraîné dans les aventures trépidantes de héros attachants et hauts en couleur.

Cent ans d’éducation Mariste à Toulon

20,00

Ce livre illustré par J. Lacroix professeur de dessin à l’Externat Saint Joseph, et par des photographies réalisées par le studio Photo-Hall et André Balas, a été composé grâce aux archives de la société de Marie à Rome, du département du Var et de la Ville de Toulon, ainsi qu’aux souvenirs de plusieurs anciens élèves et professeurs.